Bloc-note : du sport, à condition que …

« Cours [insérer prénom de l’humain ici], cours ! »

Vous entendrez souvent qu’il faut écouter votre cœur, faire les choses à votre rythme, faire ce qu’il vous plaît (venir comme vous êtes) … et j’en passe. Et juste derrière on vous rappellera qu’il est important de faire du sport, qu’une activité physique est nécessaire et que la sédentarité détériore la santé. Et bien aujourd’hui j’ai envie de dire « IL FAUDRAIT VOIR À TOUS VOUS METTRE D’ACCORD » ! Et si j’avais envie de passer mes journées à lézarder allongée sur un fauteuil gonflable dans la piscine (je n’ai rien de tout ça, laissez-moi rêver) au lieu de pédaler dans le vide sur mon e-seat (ça, par contre, j’ai) sans culpabiliser ? Ça regarde qui exactement ? Moi ? Ma conscience influencée par les recommandations de l’OMS ? Un combo de trop. Le combo gagnant.

Quand j’étais au collège, l’AS proposait plusieurs activités sportives le Mercredi après-midi, moyennant une modeste contribution financière. De mémoire, peu d’élèves adhéraient à ce programme mais aujourd’hui je réalise que c’était, entres autres, un bon moyen d’attirer l’attention des adolescents sur les bienfaits du sport dans leur quotidien, en plus de développer leur esprit d’équipe (pour ceux qui choisissaient un sport collectif). Ce programme ne m’aura fait de l’œil qu’à ma troisième année de collège : avant ça j’étais bien trop occupée à essayer de me faire une place et à trouver des copain/copines (je passe mon tour sur l’écriture inclusive de ce mot … trop de complexité pour moi).

E-seat, mon coach de tous les jours

L’année précédente, le handball avait été au programme et j’en avais gardé de bons souvenirs. C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que je m’apprêtais à m’inscrire à l’AS Handball une fois entrée en 4ème ! Mais la dysplasie de la hanche avec laquelle je suis née nécessitait bien des restrictions au cours de ma croissance, et le sport en équipe m’était proscrit. Après cette tentative infructueuse et la déception qui s’ensuivait, le sport devint une source de frustration. Au lycée, on m’annonçait que mes capacités en athlétisme étaient très bonnes ! Mais persuadée qu’une nouvelle contrariété se dessinait à l’horizon, j’enterrerais toute possibilité d’intégrer un club sportif dans le jardin de mon imaginaire. A côté de ça, les incitations à entretenir une activité physique se multipliaient et rendaient ma vie d’adolescente pénible (bon, c’était pas non plus la source de tous mes maux) ! Il m’aura fallu attendre ma première année de fac pour prendre le chemin du centre nautique. Le chlore ne faisait plus apparaître d’eczéma sur mon corps et je pouvais donc pratiquer la natation deux fois par semaine, soulagée de prodiguer à mon corps les exercices dont il semblait tant avoir besoin aux yeux d’untel.

Piquer une tête chez les parents de Monsieur

La suite logique de ces prémices est que l’idée de faire du sport ne suscitait aucun intérêt chez moi. Mon frère aîné était doué pour le basket, j’avais des prédispositions pour d’autres activités. La marche faisait partie intégrante de mon quotidien mais elle ne semblait pas répondre aux critères dont j’entendais régulièrement parler et qui paraissaient nécessaires à une bonne hygiène de vie. Quelle pression !

Avec le temps, j’ai appris à apprécier les efforts physiques que je faisais au quotidien et à m’en satisfaire. Parce qu’en grandissant, on apprend à se connaître et on finit non pas par définir mais mieux comprendre nos besoins. Si Monsieur et Madame XYZ ont besoin de courir une heure tous les matins pour se sentir en forme, prendre le vélo pour aller travailler et faire mes courses me suffisait. Et si Monsieur et Madame ABC fréquentaient la salle de sport cinq fois par semaine pour s’entretenir, je préférais la marche au bus (j’ai bien essayé la salle de sport mais je n’ai tenu que six mois). Le principal étant de se sentir bien dans ce qu’on fait sans avoir l’impression de devoir le faire.

Il était dans l’allée, chez les parents de Monsieur, j’en ai donc profité …

Si aujourd’hui j’ai opté pour une activité sportive régulière, ce n’est pas parce qu’on m’a suggéré que cela serait bon pour moi ! Mais parce que j’ai décidé que c’était quelque chose dont j’avais besoin et qui me ferait du bien. Mon programme s’est déterminé à force de pratique (après avoir testé tels efforts à telles séances) et me correspond parce que je me suis écoutée.

Fermer la porte aux petites voix qui disent nous vouloir du bien n’est pas chose aisée ! Mais je suis d’avis qu’il est important de les chasser pour faire de notre vie, de nos habitudes, de nos choix (etc.) des choses qui nous tiennent à cœur et qui nous ressemblent. Certes, entretenir son corps est important. Mais chacun devrait être en mesure de choisir quelle activité il lui convient de pratiquer sans avoir à culpabiliser de ne pas en faire assez !

Et vous ? Quel est votre rapport avec le sport ?

cropped-roundphoto_jun022020_152620-2.png

2 réflexions au sujet de « Bloc-note : du sport, à condition que … »

  1. Personnellement j’ai toujours fais du sport en passant par le Karaté, l’équitation ou le Judo…
    Mais ce n’est pas pour me déplaire parce que j’aime bien ça, voir même j’en ai réellement besoins en particulier pour ma santé physique. Mais bon toujours pareil, rien ne m’oblige et ne NOUS oblige à en faire !! A nous de choisir ce que l’on veut !

    Sinon c’est un très bon article qui mes en avant les choix de tout à chacun !

    J’aime

    1. C’est effectivement quelque chose que j’ai essayé de mettre en avant ici : on devrait toujours pouvoir choisir de pratiquer un sport (celui de notre choix) ou non sans se sentir oppressé par le regard des autres. Merci de t’être également arrêté sur cet article ! 😀

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s